J’ai eu deux naissances : une dans la vie, une autre dans la mort. Je suis mort, enfin je crois. Mais je bouge encore, je pense encore et je fais tout ce qu’un humain peut faire, bien que certaines choses ne me soit pas strictement nécessaire.

Ma deuxième naissance m’obligea cependant à quitter les miens.

Peut-être aurais-je pût y rester, mais cela aurait été contre la volonté du Créateur et de toute façon, je ne me sentais pas capable de recroiser le regard de ma mère. Pas après avoir été la cause de sa souffrance.

Ma souffrance à moi commençait. Et pourtant pas un instant dans mon châtiment je n’eus à regretter la mort de mon frère. Jamais. Et aujourd’hui encore, je ne me sens pas particulièrement mal lorsque je repense à lui. Ce sont tous les merveilleux souvenirs de notre enfance qui revienne. Pas le sang. Pas le trou.

Caïn.